13/12/2013

"CÉ QUÉ LAINO" suite.. PAS DE NÊ (neige) DÈVANT TSALANDE (noël) ?

...
ceque_laino_couplet_6_10 par meteo_patois_arpitan

..

 

 

Etian antra, veniron u courdegarda,
Yo i firon onna ruda montada.
Is avion tenaillé et marté
Qu'étivon fai avoi du boun acié,

 

Etant entrés, ils vinrent au corps de garde
Où ils firent une rude montre.
Ils avaient des tenailles, des marteaux
Qui étaient faits avec du bon acier,

 

Pè arraci lou cliou et lé saraille,
To lou verreu et tota la féraille
Qu'on rancontré an dé pari andrai,
Et qu'on bouté pè n'eitre pas surprai.

 

Pour arracher les clous et les serrures,
Les verrous et toute cette ferraille
Qu'on rencontre en pareils endroits
Et qu'on met pour ne pas être surpris.

 

On citablio is avivon forcia;
Et d'on petar qu'is avivon teria,
I coudavon deiza eitre à sevau:
I n'étivon pas assé monta yo.

 

Ils avaient pénétré dans une étable;
Et, avec un pétard qu'ils avaient tiré
Ils croyaient déjà être à cheval:
Ils n'étaient pas assez montés haut.


9

Sen Altessé dessu Pincha étive.
Yon d'antre leu s'ancoru pè li dire
Que le petar avai fai son aifour,
Qu'on alavé fare antra to le grou.


9

Son Altesse se trouvait dessus Pinchat.
Un d'entre eux accourut pour lui dire
Que le pétard avait fait son effort,
Qu'on allait faire entrer tout le gros.


10

Is avivon delé lanterne seurde
Contrefassion celé grousse greneuille.
Y étivé pè alla et vegni,
Pè que zamai nion lou pu décrevi.


10

Ils avaient des lanternes sourdes;
Ils contrefaisaient les grosses grenouilles.
C'était pour aller et venir,
Sans que jamais on les pût découvrir.
(sans que jamais personne les pût découvir)

 Nion = Personne ==> y'a nion = il n'y personne

Triôla = refrain.
Coplèt : couplet

 

L'tin shi nos / le temps chièz nos :

Le Temps (l'tin) sarat tojorn (tozho) raide sè. Y'arat oncora du sole (soleu, choè,choyé,..) dens les mountagne et les combâs des Alpes. Mas bâs a plan-na, y fôdra tojorn (-zho) contar avouès de la peufa , et asse-ben des brolyas que porront oncora gèla (dzèla).
Et pas més de nê tant qu'au 21 (vinte-yon) de décembro et pot-éthre pas de nê dèvant Tsalande.


Dèvant: avant
Peufâ : poussière, forte brume, être dans un nuage, dans le brouillard
Tsalande = Chalande : Noël

lionel fontannaz, arpitan, francoprovençal
Demenge (zhe) 08 décembro 013.
La viu depouès le sonjon (-zhon)/ le bèca  de Miribel (plan-na zhou) Hyôte-Savouè
Dimanche 08 décembre 2013, la vue depuis le sommet de Miribel (Plaine-joux) Ht-Savoie



Agouèta le texto de MètèoSuisso

11/12/2013

CE QU'È LAINO (part yona, n°1) ... Pas de nê (neige) tant qu'au 21 décembro

 

 
ce que laino (hymne genevois) par meteo_patois_arpitan

Ce qu'è laino, le Maîtrè dé bataillé
Cél qu'est lé-en-hôt, le Mêtre des batalyes, l'en-hôt
Celui qui est là-haut, le Maître des batailles,
Que se moqué et se ri dé canaillé,
Que sè moque et sè rit des canalyes,
Qui se moque et se rit des canailles,
A bein fai vi pe on desando nay
At ben fêt vér per un dessando nuet
A bien fait voir par un samedi soir
Qu'il étivé patron dé Genevois.
Qu'il étéve patron des Genevouès.
Qu'il était patron des Genevois.

Y sont vegnu le doze de dessambro,
Ils sont vegnus le doze de dècembro,
Ils sont venus le douze de décembre,
Per onna nay asse naire que d'ancro ;
Per una nuet asse nêre que d'encro ;
Par une nuit aussi noire que de l'encre ;
Y étivé l'an mille si san et dou,
Il étéve l'an mile siéx cent et doux,
C'était l'an mille six cent et deux,
Qu'y veniron parla on pou troi toû.
Qu'ils vegnéront parlar un pou trop tout.
Qu'ils vinrent parler un peu trop tôt.


Pé onna nay qu'étivé la pe nairé,
Per una nuet qu'étéve la ples nêre,
Par une nuit qui était la plus noire,
Y veniron, y n'étai pa pé bairé ;
Ils vegnéront, il n'étêt pas por bêre ;
Ils vinrent, ce n'était pas pour boire ;
Y étivé pé pilli noutre maison,
Il étéve por pilyér noutres mêsons,
C'était pour piller nos maisons,
Et no tüa sans aucuna rayson.
Et nos tuar sen ôcuna rêson.
Et nous tuer sans aucune raison.

Petis et grans ossis-en sevegnancé,
Petits et grands usséds-en sovegnance,
Petits et grands ayez-en souvenance,
Pé on matin d'onna bella demanzé  ?
Per un matin d'una bèla demenge
Par un matin d'un beau dimanche
Et pé on zeur qui fassivé bein frai,
Et per un jorn qu'il fasséve ben frès,
Et par un jour qu'il faisait bien frais,
Sans le bon Dy nos étivon tos pray.
Sen lo bon Diô nos étévons tôs prês.
Sans le bon Dieu nous étions tous pris.

On vo dera qu'étai celeu canaillé ?
On vos derat : qui étêt celor canalyes ?
On vous dira : qui était ces canailles ?
Lou Savoyar contré noutre mouraillé,
Los Savoyârds contre noutres muralyes,
Les Savoyards contre nos murailles,
Trai étiellé on dressie et planta,
Três èchiéles ont drèciê et plantâ,
Ont dressé et planté trois échelles,
Et par iqué dou san y sont monta.
Et per iqué doux cents y sont montâs.
Et par là deux cents y sont montés.

Ecriture phonétique, écriture ORB, tranduction

 

**********************************************************************************

Le tin shi no (le temps chièz nos):
Temps sè, sole dens les mountagne, sovin de la peufa dessus lem platè Suisso.
pas més de nê tant qu'au 21 (vinte-yon) de décembro

Clicâde inque

jourpm10v.png

le nou/neu (9) de dècembro 2013 un pèca de pollucion de "peufa fina"pèrs Dzenèva,
mès de 60 microgrammo pèrs mètre cuba d'ê (60 microgramme/m3)

08/12/2013

Unâ hiotâ prèchon tant qu'au 21 de décembro !!, adonc pas més de nê ?

Bonzho a tuî,

Quand (quin) nos agouétens [regardons] les modèlos du temps (tin), y semblè (chimblè) qu'unâ hiotâ prèssion (-chon) [haute pression] va sovent restâ dessus (dsu) nouthron payis et pot-éthre tant qu'au 21 (vitenyon) de décembro.. Adonc, le temps (tin) sarat prod (preu) sèc ..  pot-éthre ben pas de més de nê [pas de neige] tant qu'au 21 .. un muèls (oun mouai) de sole (choyé, féleux, soleu,..) dens les mountagnes, mas tot-parièr [également ] de la pollucion bâs dens la plan-na [en bas dans la plaine]. èsperens que les modèlo ne sont pas mès justo !

Acutâde le texto (écoutez le texte),
y'a fôta d'a-ouîr (d'entendre) ceta lengoua

podcast

lionel fontannaz, arpitan, francoprovençal, haute pression, pollution, pm10


 

lionel fontannaz, arpitan, francoprovençal, haute pression, pollution, pm10

 

lionel fontannaz, arpitan, francoprovençal, haute pression, pollution, pm10

lionel fontannaz, arpitan, francoprovençal, haute pression, pollution, pm10

 

lionel fontannaz, arpitan, francoprovençal, haute pression, pollution, pm10


04/12/2013

Pollucion de peufa fina (PM10) dens nouthron Pay-is. Frêd devendro, depouè dessendo du sole et des niolas bâssa

Bonzho a tôt et tôta,

Sè devendro des niolas vant balyè a nos quârques râda de nê, depouès dessendo y'arat sovent (sovin) oun tin de salway [temps ensoleillé] mas oncora prod (preu) frêd amô [au-dessus, en amont]  les mountagne avouèc des niolas bâssa ux des brolyâ, bâs dens la plan-na.
 
La senan-na/chenan-ne [semaine] que vint d'amô les mountagne y fara ja/zha [déjà] mès dox (deu) [plus doux], tandu que sur (chu) la plan-na y'arat oncora de la peufa [brouillard, mais aussi possière], et tojorn (tozho) [toujours] oun temps (tin) frêdolè [frisquet], .
Avouèc ceti temps (sti tin) de hyôte prèssion (-chon), la pollucion (-chon) les peufâs finas [les poussières fines], devré crêtre [croître], . Vos povéd vêre les mesera de ceti pollucion dessus la tèla [internet, web, toile]

Mesura des peufâ fina, pèrs Dzenèva , vôd, Vâlès, totâ la Suisso :
Mas asse-ben ceti pajô (zho) TransAlp'Air que balye des muèls (mouai) d'enformacion rappô a la pollucion dens le pay-is Arpitan (mesura de pollucion Arpitania) .

Dèfinicion (chon) des peufâs finas : sens des brècas [des petits morceaux] de peufa u-tor de 10 micromètro que pôvent s'enfâtar/s'infatâ [s'enfiler], dens nos pormons (info-1, info-2) et nos fâre maladô.

Acutâde le texto (écoutez le texte),
y'a fôta d'a-ouîr (d'entendre) ceta lengoua

podcast

 

lionel fontannaz, arpitan, francoprovençal, brouillard, niola bassa, peufa, pm10

lionel fontannaz, arpitan, francoprovençal, particules fines

50 microgrammo o'est la limita que fô pas contre-passâ /dèpassâ !

 

lionel fontannaz, arpitan, francoprovençal, niola bassa, brolya, peufa

 

 

03/12/2013

U-tor de 1500m +10° Demârs, mas -10° dessendo. Poème en Arpitan de Noël "le Shalande du Molardî"

Avouèc ceti temps (sti tin) frêd de décembro, penso que le texto "shalande du molardiér" est prod (preu) de saijon. Après (-î) très (3) jornâ (dzorna) avouèc du sole dens l'Alpes(Cholè, soleu,féleux) et des niolâ bassâ dessus (dsu) le platè Suisso et de Lons tant qu'au Dofina, de l'ê raide frêd, unâ veré crâmine va arrevâ (a'revâ) intre devendro et dessendo. La tempèratura dens les mountagnes u-tor de 1500 mètro (mèle-chin-chan mètro) va passâ de 10 degrès dessus zèro tant qu'a 10 degrès desot zèro intre demârs et dessendo ! ..

 

lionel fontannaz, arpitan, francoprovençal, crâmine, grand-froid

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ceti texto predgie (-zhe) d'oun molardiér tot solet que dens le frêd et la nê. Ceti (sti) moladiér l'a que sa pipa por se rechôdâ (s'résheudâ). Y se sovegno du brâva temps (tin) quand (quin) y'ère oncora avouès sa mâre por Shalande)

Ceti texto l'a étâ ècrit pèrs Juste Songeon, oun régent de Sillingy . Ora (yeura), l'est la tropa "du Reclan" de Thonon que va la dêre ...


Spectacle de Lou Reclan du Chablais

Le Shalande du Molardièr (-î) (enregistrer le 01 décembre 2013 , Thonon)
podcast

Titre : Le Shalande du molardiér (-î) , le Noël du Trimardeur
Note : quelques phrases sont écrit en ORB (ortographe unifiée de l'Arpitan)

Emoëlâ, cmé nʼherson, les dioë mans diê ses fattes
Ramassé comme un hérisson, les deux mains dans ses poches,
Emouèla, coment un héresson, les doves mans dens ses fata

Son çhapê su lô jus, son vieu brulô u grouè,

Son chapeau sur les yeux, sa vieille pipe à la bouche,
son chapél dur les uelys, son viels brulô ux grouen

La bârba charboutâ, à son bré dioë savattes;

La barbe ébouriffée, à ses mains deux savates,
La barba (è)charbotar, a son brès douves savattes

E chuit sê sʼarréta la çhâla dié la nè!
Il suit sans sʼarrêter le chemin dans la neige.
Y suit sen s'arrétar, le shala dens la nê.  (note : fâre la shâlâ: faire le chemin dans la neige)

Et la bise èrazhia, quʼ fâ vardansi lô poblles
Et la bise enragée qui balance les peupliers,
Et la bisa, ènragiér que fâ vardansièr les poblos
(note vardansî, garglanshî, dandinâ, banbalâ, balansî)

Passe diè lô coupé dʼsé culottes dʼcouerloup,
Passe à travers le rapiéçage de ses culottes de velours,
Passe dens les côpés (rapieciês) de ses culotas de velou.

Arlombe sa rollière cmé na bliagua quʼon soffle.
Gonfle sa blouse comme une blague quʼon souffle
Bombe sa rouliére, coment unâ blaga qu'on soflle.
(note :roulière=blouse des rouliers )

On vê vola lô bé dʼson motieu rozhe pé lʼcou.

On voit voler les bouts de son mouchoir rouge au cou.
On vêt volar les bèc (bout) de son mochiœr roge ux cou.


E va sê sʼarrétâ... berlançhê pʼ lé corsires

Il va sans sʼarrêter... titubant, aux tas de neige
Y va sen s'arrétâr... berlanchâr pèrs les corsires (congères)


ètaît les malottes (mota)...
ètaît la fam... la fatigua... la frè?
Est-ce les mottes, la faim, la fatigue, le froid ?
étève les motas,
étève la fam, la fatiga, la frêd ?

E nʼa pse reçheuda qué dʼsa pipa la fʼmire.
Il nʼa pour se réchauffer que de sa pipe la fumée
El n'a por se rechôdar que de sa pipa la fumiére


E chuit sê sʼarrêta la çhala diè la nè!
Il suit sans sʼarrêter le chemin dans la neige.
El siut sen s'arrètâr , le shala dens la nê


A grouss cambées, la Nê zʼarbartte ava pʼ la créta,
A grandes enjambées la nuit descend les crêtes


Lʼ Bon Diu zʼallmé ses lampes ê dessus du «Mont Tchon».
Dieu allume ses lampes au-dessus du Mont-Sion

La bise tombe du pu... Lʼ morlardier live la téta
La bise tombe un peu. Le trimardeur lève la tête


Et sʼarréte on momè pʼ rajusta lʼ baluchon.
Il sʼarrête un instant pour rajuster son «balluchon».


A lʼarprè, mais dʼson pas, la çhâla pʼ lé corsires
Il reprend, de son pas, le chemin dans la neige,


Et lieuéra diè lô cro, la clioçhe fâ la polka.
Et là-bas dans les creux la cloche joue la polka.


Y est çhalande çʼta nè, et totes les farmires
Cʼest Noël cette nuit et toutes les fermières


Zʼont sourti pʼ faire les rzules, leu bérion, leu roulta.
Pour faire les rissoles ont sorti leur rouleau.


Emoëlâ cmé nʼ herson, les dioë mans diè ses fattes

Ramassé comme un hérisson, les deux mains dans ses poches,

A lʼarpêse à sa mare... diè lʼtê des zʼâtres coups
Il songe à sa mère... au vieux temps dʼautrefois,

Quʼfassè lʼ opon Jésus et ptâve diè ses savattes
Quand elle faisait Jésus, mettait dans ses savates


Dʼargaliche... on chache-nez pʼlo tni biê chaud pé lʼ cou.

Du réglisse, un cache-nez pour lui chauffer le cou.


E va se sʼarréta... berlançhê pʼ les corsires
Il va sans sʼarrêter... titubant, aux tas de neige,


Corbâ dzo lʼbaluchon, la fringala quʼlo prè

Courbé sous le baluchon, la fringale qui le prend.

Et nʼa pʼ se réçheuda qué dʼsa pipa la fʼmire
Il nʼa pour se réchauffer que la fumée de sa pipe


Et dioë larmes quʼ déchèdont diè sô mostaches frè.
Et deux larmes qui tombent dans ses moustaches glacées.