10/08/2014

Quaque mô pè devejâ d'la ploge (plodze) in Arpitan

 

Bonzho,

Dèns la linga (leinga) francoprovençal, la lengua/lenva du "cé qué laîno" , la vîlye lengua de Genèva et d'âtre pay-is (Vô, vâlèse, Aosta (Aoûta), Savouè, ..), y'a assè-bèn des muèl/mouai de mô/môss pèr devejâ de la "pluie":
La ploge (plodze,piodze) : la pluie
Lè carâ de ploge : une averse de pluie
ouna rincha : une averse
Oun ' arozaye : une averse
Y Plyu, Y l'a plovu, : il pleut
Y plyu à la rolye, à la vessa : il pleut fortement
Y va tonbâ dé manyin (magnin) : il va tomber des étameurs
Oun bona versa:une belle averse
Ouna plovan-na (na plovan-na) : des jours de pluies
na markanye : une petite pluie
Quaque gotâ van tonbâ decé-delé : quelques gouttes vont tomber ça et là.
Dé groussâ rolye : de fortes averses / pluies
Y va rolyâ : Il va pleuvoir fortement
Y va fâre gotâ : il va bientôt commencer à pleuvoir
y va achutâ (chutâ), rachutâ : la pluie va s'arrêter (achutâ = s'arrêter, se calmer)
Y va sèssa de plyuvre : il va cesser de pleuvoir
s'bêta à la chutâ . S'bêta achutâ : se mettre à l'abris

Et dêre qu'au zô de houè, sto mô n'sènt/cheïn pâ mé congnu pèr grant mondô. Vêtiâ perque, y'è commenthi (K'minfi) sti blog èn francoprovençal/Arpitan.

Arvî à tê, Arrevêre à tê et boun tssô tin !
(ré-édition du texte du 03.08.2013, , depuis lors ma manière d'écrire à évoluer en adoptant l'ORB, ici écriture principalement phonétique)

Cliquez et écouter le bulletin en Patois
Apoyî iqué per acutar lo messajô

podcast

 

Bonjour,

Dans la langue francoprovençal, la langue du « cé qué laîno », la vieille langue de Genève et d'autres régions (Vaud, Valais, Aoste, Pays de Savoie, Bresse, Beaujolais, lyonnais, dauphinois..et même une petite région des pouilles!) , il a bien des mots (mouai=beaucoup) de mot pour parler de la « pluie » :

....
Et dire qu'aujourd'hui (dans ces temps présents), ces mots ne sont pas connus de grand monde. Voilà pourquoi j'a commencé ce blog en francoprovençal (aujourd'hui cette langue est appellée Arpitan).

Aurevoir et bel été !

 

05/08/2014

Orajô égrénâ u-bin dé groû orajô qué pouvan trafolyâ tôta l'europâ ?

Pindin l'tssô tin, kin y'a preu sélâo la têra è résheudâ, et sé l'ê l'è assè-bin umida, adon la chalò va peussâ la vapô d'èdya in-hyot din l'ê mé frâ.
Sla-tye pou s'condensâ en petyoutâ gôta qué formeran dé niola. Mé hyô, yeu qu'l'ê l'è mé fraîda s'forme dé cristo d'glyafe .

O'è l'aprî-midzo et u vêprô, qu'la chalô va
balyî mé d'feursa a l'atmosfèro, pé forma dé groussâ niola, que sant in premî dé grou meûton. Dinse, sti grou meuton pouvan balyî dé rinchâ , dé arozaye . Kin sti niola s'abâda tant qu'à la stratosfèrô o'è oun niola d'orajô. Sli-tye pou balyî dé goussâ rolye, dé grenolon, d'la grêlâ, de l'oura preu fôr qu'y soufflye sovin per a-kô. Sto-z-orajô de chalò se formant d'abô dsu lé mountanye et dé cou s'enmôdant dsu la plan-na.
Sto-z orajô kin le sèlâo va dremî, lé van dissipâ.

Mâ kin oun fron de niole et de ploge vin d'l'atlantico vé nouthron pay-is et qué nô avan dé groussâ chalò shi nô, lé-z orajô san pâ mé égréna. Dé lènye d'orajô se forman d'su la Franche et s'môdan vé nouthron pay-is. Sto -z- groû orajô van travarsâ (trafolyâ) tôta l'Europâ et assé-bin nouthron pay-is, balyîan decé-delé dé groû damazho.
(réédition du texte du 28.07.2013, , depuis lors ma manière d'écrire à évoluer en adoptant l'ORB, ici écriture principalement phonétique)

podcast

Pendant l'été, quand il y assez de soleil la terre réchauffé, et si la'ir est assez humide la chaleur va pousser la vapeur d'eau en altitude (courant thermique ascendant) dans de l'air plus froid. Celle-ci se condense en petites gouttes qui formeront des nuages. Plus haut, où l'air est plsu froid se forment des cristaux de glace. C'est laprès-midi et en soirée que la chaleur va donner de la force à l'atmosphère (force convective) pour fprmer des gros nuages, qui sont au début des gros cumulus (mouton). Ainsi, ces gros moutons peuvent donner des averses. Quand le nuage se lève jusqu'à la stratosphère c'est un nuage d'orage (Cumulonimbus). Celui-ci peut donner de grosses pluies, de la grêle, des rafales de vent. Ces orages de chaleur (thermique) se forment d'abord en montagne et peuvent ensuite déborder sur la plaine.

Mais quand un front nuageux et de pluie vient de l'atlantique vers notre pays et que nous avons de grosses chaleur chez nous, les orages ne seront pas isolés. Des lignes d'orage se froment sur le France et se déplacent vers notre pays, la journée et aussi la nuit. Ces orages vont traverser toute l'Europe et notre pays en causant ici et à de gros dommages. C

 
Orajô égrénâ u Fron d'orajô ? Orages isolés ou... par meteo_patois_arpitan

29/07/2014

A la chôta/chòtha ! y va més rolyâ ! lo payis sarêt més tôt ënkuvà/blyèt !

Bonzho a tuî et tôta ,

Lo mê de julyèt va fornî comèn (min)  l'a comènthî .. lo niole vont oncora balyér de plodze (plóouzu ) tant qu'a demècro (* dumêkro).
Y va sovènt rolyâ (plové franc fô) dèns l'Alpes,lo payis sarêt/charêt mé tôt ënkuvà
[trempé, Evolène VS]
, adonc des
égouâjo (-dzô) [crue, Savoie] sarènt  possiblyô.

Ceti mê de julyèt 2014, lo mondo va s'en sovegnî .. oun mê avouè trô(p) de plóouzu, oun mê qu'a yu fôta de solet , adonc oun mê franc
maleïnno por lo payijans et tôt-parî lo metyér (*muchyè) [métier] du torismo .


Mas Dejô (*duzoù) lo 31 (trente-yon) de julyèt , le solet va tornâ u payis et balyér unâ dzinta jornivâ .
Devèndro por la fètha nacionala du premî aoû(t)/û, lo solet porrêt bèn restâ oun tchiká de tèmps/teïn , mas a nuét /néte y'ara ja/dza oun risko d'avêr decè-delé quâque rincha u oradzô u vêprô .

Y chimble que dessendo 02 d'août(*duchàndo) et demenge (*dumèïnzu) sarêt/charêt pot-éthre prod/próouk ènnublo avouèc des viajô/vyadzô des plodzes.

Mas nos pôvens avêr quâques bîo sonjo/sondzo/tabèss (*)
[rêves]..
Agouèthâde/avouetchyâ la carta du modèlo GFS por lo méten du mê d'Aoû(t) ... Unâ brâva/dzinta hiôta prèchon ...
A confermâ bèn chu !

(*) : Arpitan d'Oleïnna / Evolène

Acutâde le texto (écoutez le texte)

podcast

 

lionel fontannaz, patois, arpitan, francoprovençal, Oleïnna, Evolène

 

 

 

(clicâ) ==>Vêre la carta des dangièr mètèo de ora (MètèoSuisso)

 

 

 

lionel fontannaz, patois, arpitan, francoprovençal, Oleïnna, Evolène

 

 

 

Titre : A la chôta/chòtha ! y va més rolyâ ! lo payis sarêt més tôt ënkuvà/blyèt
" à l'abris, il va encore pleuvoir fortement ! le pays sera encore tout trempé"

23/07/2014

Comparaison patois de Genève (savoyard) et d'Evolène : Julyèt 2014, des vyâzo èn chouk lo mountanye le mê le més moyà depouè quasu 35 an !

Bonzho a tuî et totâ,

Avouèc totâ lo plodze (*plóozu) que chont (*cheïn) tombâ depouè le premî zhô(*zò) de Julyèt tant qu'a ora (*òra), ceti mê de Julyèt des yadzô (*vyâzo) l'est le més (*mi) molyâ (*moyà) depouès quasu 35 an. D'amô (*èn chouk) les mountanye dèns lo payis de Fribouâ et tôt-parî d'amô (èn chouk) le Dzura l'est tombâ decé-delé 250  (do-chan-chin-quanta) tant qu'à 270 (do-chan-sètanta) litro u mètro-carrà.

Por lo restâ de la senan-na (*chenànna), lo tèmps (*teïn) sarêt (*charêt) preu (pròouk) ènstablyô, mas avouèc quand mêmo 6 (chi) tant qu'a 9 (nou) houra (*òoura) de solet (*solè). Fô dêre (*dùre) que u mê de Julyèt nos pôvens avêr quasu tant qu'a 13 (trèje) houra de solet. Aprî-midzo (*apré-myezò), d'amô (*èn chouk) les mountanye (*mountànyu) lo tèmps (teïn) sarêt (*charêt) preu (*pròouk) èn-neblo (*enùblo), adonc (*adònn) les niole/niolâ (*nyòla) vont crètre (*krèthe) et balyér (bayé) quâque câre de plodze (*plóozu) tôt-parî de l'oradzô tant qu'a né (nêtt).
Adon, ceta senan-na sarêt pas més (mi) comènt l'outan (*oouktònn), y sarêt pas més oun crouyô tèmps (*kroué teïn, malënparayu) comènt la senan-na passâ (*pachà) ...le shôtan/tssô-tèmps (*tsâ-teïn) va tornâ (*tornà) pèr inque, va tornâ dèns nouthron payis !


(*) : môss du payis d'Oleïnna / mots du pays d'Evolène

 Acutâde le texto (écoutez le texte)
podcast


Tôt-parî acutâde (avouissê/avouichê) des môss du tèmps/teïn pèr Elisabeth Gaspoz d'Oleïnna (d'Evolène):

podcast

 

lionel fontannaz, patois, arpitan, francoprovençal, évolène, genève, savoyard

 Des nioles d'oradzô qu'ènt nom "mammatus", por cèn que chont/chènt comènt (min) des "pofa", "uvro" (*oûro) = pis de la vache , mamelle.
(Photo Lionel Fontannaz, juillet 2014, Genèva, Dzenèva)

lionel fontannaz, patois, arpitan, francoprovençal, évolène, genève, oleïnna, genève, geneva, savoyard, orage, mammatus

 

lionel fontannaz, patois, arpitan, francoprovençal, évolène, genève, oleïnna, genève, geneva, savoyard, orage, mammatus

lionel fontannaz, patois, arpitan, francoprovençal, évolène, genève, oleïnna, genève, geneva, savoyard, orage, mammatus

 

Traduction (plutôt littérale..)

Avec toutes les pluies qui sont tombés depuis le premier jour de juillet jusqu'à maintenant,  ce mois de juillet 2014 sera parfois le plus "arrosé/mouillé" depuis quasiment 35 an. Sur les montagne de Fribourg et du Jura, ici et là il est tombé 250 à 270 litres au mètre carré. l

pour le reste de la semaine le temps sera assez instable, mais avaec quand même 6 à 9 heures de soleil  . il faut dire qu'au mois de juillet on peut avoir jusqu'à 13 heures de soleil. L'après-midi sur les montagnes le temps sera assez nuageux, aussi/donc les nuages vont grossir (s'accroître) et donner des averses de pluies et aussi/également des orages jusqu'à soir/dans la nuit. (carrâ de plodze, patois Genevo-Savoyard).
Donc cette semaine ne sera plus comme l'automne, il n'y aura plus un sale temps comme la semaine passée . L'été va revenir par ici, revenir dans notre pays.


On parle du Patois sur la RTS ce 23 juillet 2014!!

Clicâ-inque (cliquez-ici)

17/07/2014

Unâ senan-na de solet/chowè et més tssôdo !

Bonzho a tuî et totâ,

La senan-na/chenan-na passâ/pachâ nos èns yu oun croué (crouyô) tèmps [sale temps]. Mas le croué/crouyô tèmps est via [est parti] !
Bas a plan-na nos z-en yu 40 tant qu’a 80 millemètro d’ègoua/d’èdye/d’ève [d'eau ]et d’amô les mountanye (chouk lo montanye) 100 tant qu’a 200 mm dèns lo cantyon de fribouâ et 60 tant qu’a 75 mm dèns le Vâlès.
èntre demècro et dejô, la nê est déchindu/dessèndu(k) tant qu’a 1800 mètro !

Ora [maintenant] ceti croué/crouyô tèmps l’est darrî nos !, unâ hiôte prèchon est arvâ pèr inque [par ici]. La senan-na que vint sarêt unâ senan-na de solet que devindrâ tôt-parî franc tssôdo [chaude] depouès demècro. Dejô, devèndrô et tôt-parî dessendo, nos arèns quasu unâ frîcâsse/de groussâ châlo .

Adonc, lo tèmp sarêt franc bîo por séyer lo fèn [faucher les foins] !

Devèndro, y’ara prod/preu de solet, mas d’amô les mountanye les niole vont crêtre l’aprî-midzo est balyér decé-delé lo premî oradzô.

 

Dessendo, todzo prod/preu de solet, mas lo risko d’oradzo va crêtre u véprènâ [vas augmenter en soirée], et surôt dèns la nuèt (né,  niite) de dessendo tant qu’a demenge(-dze). Demenge, unâ perturbachon dèvrâ tornâ/retornâ [revenir] dèns nouthron payis et mé balyér  [et encore donner [1] ]de l’ê més frèd (mi frêk) [2] .


 Acutâde le texto (écoutez le texte)
podcast


 [1] : dans le Chablais savoyard, on dit même en français : "ça va mé donner du froid = ça va encore donner du faire froid"/ il va mé faire froid = il va encore faire froid.

 [2] : a Evolène (Oleïnna), beaucoup de mot se termine avec un "k" qui est prononcé .
Preu=> prod => pròouk
devegnu => devegnuk
pârdu (perdu) => pârduk / pêrduk
amî => amik
frê(d)=> frêk

 

 

fontannaz lionel, patois, savoyard, valaisan, arpitan, francoprovençal

 

lionel fontannaz, arc-en-ciel, patois, roua de chin-martin,

 

 

Diskuchon èntre (intre) amî ceti houè (stu vouèk):

Lionel : "Unâ roua de chin-Martin/sin-Martin / argalanshî / ceta matenâ bas pèr Genèva ".

Bernard:  "bondzo Lionel, vè nô on n'â pâ inkouo trovô le mouo in patouê pouo dere " arc en ciel" peu tè me dere pouo deke onâ roua dè Sin Martïn ?"

Lionel: "Pô pas tant de dêre. Mas crèyo que la chin-Martin l'est la fètha de la fin des venènge et du travâ des tsamp (11 de novèmbro). Adonc pènso que pot-éthre "l'arc-en-ciel" a nom chin-Martin , por cèn qu'annonche la fin des tèmps maleïnna?
Pèrs Oléïnna , crèyo que dêsont "l'Â dóou likton"

Bernard: "lè jeste le onze novinbre l'è la fite u velâdze dè Laïtron la Sin Martin, é l'è le tïn d'intètâ le kayon pouo fire la boutsèri"

Luce :"ë tchyënö no oun di "èrboëteu"