21/12/2014

En 2015 nouthron patouès sarêt todzô franc vevènt ! Dzouyô Tsalènde et boûn-an (Joyeux Noël et bonne année).

Bonzhô a tuî et totâ,

Quinta mètèo ceti an ! 2014 ê étâ (ê itâ) lo mès tssâ du-quand (di-kan/dês-quand) MètèoSuisso a fé d'observachon èn 1864 (mèl-oui-chin-chouachanto-catro).
Lo mês de dècembro tôt-parî tant qu'a ora ê étâ mès tssâ que d'a coutuma.

Tant qu'a demècro lo 24 de dècembro y'arêt prod de solè atòs de tèmpèratura més tssâ que normalâ.
Por tsalande, le 25 de dècembro lo cièlo (chièlo) va s'ennublâ et a cha-pou bayér quâques plodze, d'abô chu la dzura et lo payis de Nôchâtel, et u vêpro u a nuèt (nête) y bayerêt quâques plodzes et de nêk tant qu'u Vâlès. y bayerêt de nê(k) d'abô utor de 1200 mètro et quâque nèvolon (petit flocon) bas a planna.

En aprî unâ poujâ/pausâ devèndro lo 26 (vintè-chi), y'arêt oun côp de frêd/frêk èntre dèssendo (27) et demènze (28)..unâ crouè dèvoura [vent froid avec du mauvais temps] qu'y pôrrêt bayér de nê(k). Espèrèns que lo frêk pouèssese dura tant qu'u mês de janvî/juenyù 2015..

arevêre ... adonc dzouyô tsalènde et boûn-an a tuî et a totâ!


Acutâde lo texto (Ecoutez le texte)
podcast

 

tsalande, chalande, tsaleïnde, noël


 

lionel fontannaz, patois, arpitan, francoprovençal, tsalande, chalande, tsaleïnde

 

 

 

 

Rècrèacion:

Titre : Lo Tsalènde du molardî : Le Chalande du molardiér (-î) , le Noël du Trimardeur
Note : quelques phrases sont écrit en ORB (ortographe unifiée de l'Arpitan)
Acutâde lo Texto (Ecoutez le texte)

podcast

Emoëlâ, cmé nʼherson, les dioë mans diê ses fattes
Ramassé comme un hérisson, les deux mains dans ses poches,
Emouèla, coment un héresson, les doves mans dens ses fata

Son çhapê su lô jus, son vieu brulô u grouè,

Son chapeau sur les yeux, sa vieille pipe à la bouche,
son chapél dur les uelys, son viels brulô ux grouen

La bârba charboutâ, à son bré dioë savattes;

La barbe ébouriffée, à ses mains deux savates,
La barba (è)charbotar, a son brès douves savattes

E chuit sê sʼarréta la çhâla dié la nè!
Il suit sans sʼarrêter le chemin dans la neige.
Y suit sen s'arrétar, le shala dens la nê.  (note : fâre la shâlâ: faire le chemin dans la neige)

Et la bise èrazhia, quʼ fâ vardansi lô poblles
Et la bise enragée qui balance les peupliers,
Et la bisa, ènragiér que fâ vardansièr les poblos
(note vardansî, garglanshî, dandinâ, banbalâ, balansî)

Passe diè lô coupé dʼsé culottes dʼcouerloup,
Passe à travers le rapiéçage de ses culottes de velours,
Passe dens les côpés (rapieciês) de ses culotas de velou.

Arlombe sa rollière cmé na bliagua quʼon soffle.
Gonfle sa blouse comme une blague quʼon souffle
Bombe sa rouliére, coment unâ blaga qu'on soflle. (note : un roulier)

On vê vola lô bé dʼson motieu rozhe pé lʼcou.

On voit voler les bouts de son mouchoir rouge au cou.
On vêt volar les bèc (bout) de son mochiœr roge ux cou.


E va sê sʼarrétâ... berlançhê pʼ lé corsires

Il va sans sʼarrêter... titubant, aux tas de neige
Y va sen s'arrétâr... berlanchâr pèrs les corsires (congères)


ètaît les malottes (mota)...
ètaît la fam... la fatigua... la frè?
Est-ce les mottes, la faim, la fatigue, le froid ?
étève les motas,
étève la fam, la fatiga, la frêd ?

E nʼa pse reçheuda qué dʼsa pipa la fʼmire.
Il nʼa pour se réchauffer que de sa pipe la fumée
El n'a por se rechôdar que de sa pipa la fumiére


E chuit sê sʼarrêta la çhala diè la nè!
Il suit sans sʼarrêter le chemin dans la neige.
El siut sen s'arrètâr , le shala dens la nê


A grouss cambées, la Nê zʼarbartte ava pʼ la créta,
A grandes enjambées la nuit descend les crêtes


Lʼ Bon Diu zʼallmé ses lampes ê dessus du «Mont Tchon».
Dieu allume ses lampes au-dessus du Mont-Sion

La bise tombe du pu... Lʼ morlardier live la téta
La bise tombe un peu. Le trimardeur lève la tête


Et sʼarréte on momè pʼ rajusta lʼ baluchon.
Il sʼarrête un instant pour rajuster son «balluchon».


A lʼarprè, mais dʼson pas, la çhâla pʼ lé corsires
Il reprend, de son pas, le chemin dans la neige,


Et lieuéra diè lô cro, la clioçhe fâ la polka.
Et là-bas dans les creux la cloche joue la polka.


Y est çhalande çʼta nè, et totes les farmires
Cʼest Noël cette nuit et toutes les fermières


Zʼont sourti pʼ faire les rzules, leu bérion, leu roulta.
Pour faire les rissoles ont sorti leur rouleau.


Emoëlâ cmé nʼ herson, les dioë mans diè ses fattes

Ramassé comme un hérisson, les deux mains dans ses poches,

A lʼarpêse à sa mare... diè lʼtê des zʼâtres coups
Il songe à sa mère... au vieux temps dʼautrefois,

Quʼfassè lʼ opon Jésus et ptâve diè ses savattes
Quand elle faisait Jésus, mettait dans ses savates


Dʼargaliche... on chache-nez pʼlo tni biê chaud pé lʼ cou.

Du réglisse, un cache-nez pour lui chauffer le cou.


E va se sʼarréta... berlançhê pʼ les corsires
Il va sans sʼarrêter... titubant, aux tas de neige,


Corbâ dzo lʼbaluchon, la fringala quʼlo prè

Courbé sous le baluchon, la fringale qui le prend.

Et nʼa pʼ se réçheuda qué dʼsa pipa la fʼmire
Il nʼa pour se réchauffer que la fumée de sa pipe


Et dioë larmes quʼ déchèdont diè sô mostaches frè.
Et deux larmes qui tombent dans ses moustaches glacées.

 

 

 

 

 


Un chant de Noël en Patois de l'an 1555 !!
A chanter en Famille
(les premières secondes sont silencieuses..normal)


Jacotin - Gringotin (Chançon de Chalende de... par meteo_patois_arpitan


13/12/2014

Bèn de nê(k) èntre demècro lo 17 et devèndro lo 19 ??::: "cé qué laino partiâ n°2"

Bonzhô a tuî et totâ,

Tant qu'a demârs lo tèmps (tin) sarêt tsanzeïn [changeant] et bayerêt que decé-delé [ici et là] et que donkedon [de temps en temps] quâque rinchâ .


Dé demècrô lo 17 (dije-cha) de dècèmbro et tant qu'a devèndro 19 (dije-nou), l'oura va chofflâ drê(k) depouès la gouille du nô(rd) [la mer du nord], adon lo tèmps sarêt prod/proòuk ennublâ et bayerêt bèn de plodze  et tôt-parî de nê(k) chu lo flyan nô(rd) de l'Alpes. Mas ora, l'est maleïnna (difficile) de dêre aouve/yô que va flotchyè [tomber à gros flocons] lo pllés ...d'amôn 1200 mètro u d'amôn 1800 mètro ?. Sûramènt/Chiourâmènt la limitâ d'a nê(k) va prod tsangiér [changer].

Dèns lo mêmo/mîmo tèmps, de demècro tant qu'a devèndro, la Val
d'aoûta sarêt a la chôta [à l'abris].

 Acutâde le texto (écoutez le texte)
podcast

graphe_base_ens_arpitan_2.png

graphe_base_ens_arpitan.png

 

CE QU'È LAINO (partiâ daouva/douvé, n°2)


ceque_laino_couplet_6_10 par meteo_patois_arpitan

07/12/2014

Entre delon et demârs que vint oun côp de frê(k). La senanna que vint y vont tsantâ lo "Cé qué laino" pèr Dzenèva

Bonzhô a tuî et totâ,

Ceta sennana nos z-èns yu des niolâ bassâ (Stratus) prod dru/efècha/mastok. Des viajô/yadzô lo "Stratus" est allâ chouk tant qu'a 1800-2000m. Adonc, ceti niola sènt allâ chouk la combâ du Ronô et tôt-parî dedïnvê (dedin lo valaye latèrala). Adonc des côp lo tèmps (tin) pèrs chon/Sion ère quasu comènt bas pèr Dzenèva.

 

Ceta fin de senanna, lo Stratus, va oncora des côp alla chouk la combâ du Ronô et dedin lo valaye latérala, surtôt dessendo (duchàndo). Y farêt ja/dzâ més frê(k) d'amoun lo mountagne atôs -6 ° (min chi degrè) utô de 2000 mètro.

Delon lo cièlo va s'ennublâ et balyerêt quâques plodze et tôt parî de nê(k) d'amount 800 mètro (ouit-chin mètro) a premî, et pouès aprî bas tant qu'a 600 mètro (chi-chin mètro). De delon tant qu'a demârs y'arêt oun côp de frêk. Demârs y farêt quasu unâ craminâ avouè -10° (min dièje degrès) utô(r) de 2000 mètro.
La bisâ/biju va sofflâ/choflâ, adon y farêt frêk asse-bèn (ass'bin) bas  a planna.
Depouè demârs la Val d'Aoûta sarêt bè a la chotâ/choutâ (à l'abris) , adonc outre-lé y'arêt bèn du solè de demârs tant qu'a devèndro lo 12 (doje) de dècembro.

 

 Acutâde le texto (écoutez le texte)

 
podcast

 

dec02.png

dec03.png

dec04.png

sat03dec2014.png

 

ensgfs.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CE QU'È LAINO (part yona, n°1)

 


ce que laino (hymne genevois) von meteo_patois_arpitan

Ce qu'è laino, le Maîtrè dé bataillé
Cél qu'est lé-en-hôt, le Mêtre des batalyes, l'en-hôt
Celui qui est là-haut, le Maître des batailles,
Que se moqué et se ri dé canaillé,
Que sè moque et sè rit des canalyes,
Qui se moque et se rit des canailles,
A bein fai vi pe on desando nay
At ben fêt vér per un dessando nuet
A bien fait voir par un samedi soir
Qu'il étivé patron dé Genevois.
Qu'il étéve patron des Genevouès.
Qu'il était patron des Genevois.

Y sont vegnu le doze de dessambro,
Ils sont vegnus le doze de dècembro,
Ils sont venus le douze de décembre,
Per onna nay asse naire que d'ancro ;
Per una nuet asse nêre que d'encro ;
Par une nuit aussi noire que de l'encre ;
Y étivé l'an mille si san et dou,
Il étéve l'an mile siéx cent et doux,
C'était l'an mille six cent et deux,
Qu'y veniron parla on pou troi toû.
Qu'ils vegnéront parlar un pou trop tout.
Qu'ils vinrent parler un peu trop tôt.


Pé onna nay qu'étivé la pe nairé,
Per una nuet qu'étéve la ples nêre,
Par une nuit qui était la plus noire,
Y veniron, y n'étai pa pé bairé ;
Ils vegnéront, il n'étêt pas por bêre ;
Ils vinrent, ce n'était pas pour boire ;
Y étivé pé pilli noutre maison,
Il étéve por pilyér noutres mêsons,
C'était pour piller nos maisons,
Et no tüa sans aucuna rayson.
Et nos tuar sen ôcuna rêson.
Et nous tuer sans aucune raison.

Petis et grans ossis-en sevegnancé,
Petits et grands usséds-en sovegnance,
Petits et grands ayez-en souvenance,
Pé on matin d'onna bella demanzé ?
Per un matin d'una bèla demenge
Par un matin d'un beau dimanche
Et pé on zeur qui fassivé bein frai,
Et per un jorn qu'il fasséve ben frès,
Et par un jour qu'il faisait bien frais,
Sans le bon Dy nos étivon tos pray.
Sen lo bon Diô nos étévons tôs prês.
Sans le bon Dieu nous étions tous pris.

 

On vo dera qu'étai celeu canaillé ?
On vos derat : qui étêt celor canalyes ?
On vous dira : qui était ces canailles ?
Lou Savoyar contré noutre mouraillé,
Los Savoyârds contre noutres muralyes,
Les Savoyards contre nos murailles,
Trai étiellé on dressie et planta,
Três èchiéles ont drèciê et plantâ,
Ont dressé et planté trois échelles,
Et par iqué dou san y sont monta.
Et per iqué doux cents y sont montâs.
Et par là deux cents y sont montés.

Ecriture phonétique, écriture ORB, tranduction

 

 

 

29/11/2014

Delon quâque plodze. Aprî des broyâ bas a planna, du solè d'amô chu lo dzura et l'Alpes

Bonzhô a tuî et totâ,

Depouè quâque zhô/jorn les hîota-prèchon nos èns balyé oun tèmps prod/pròouk* sè(c)/chè, atòs de solè chu/chouk* los mountagne et tôt-parî dèns la combâ du Ronô. Mas lo platè Suisso, ère tôt topo de niôla (de broyâ). Bas pèrs Dzenèva èntro lo 22 et lo 29 de novèmbro y'a yu que 20 minutâ de solè, pèr chon/sion y'a yu més de solè avouè 24 hôra, et quasu 40 hôra chu lo Dzura/Jura et l'Alpes.

 

Armî/òou mî (hormis/sauf) oun cièlo/chièlo ènneblô/ènublâ et quâque plodze delon, lo tèmps (tin) la senanna (chenan-na) que vint sarêt quasu parî a la senanna passâ (pachâ), âtòs des niolâ bassâ chu la platè suisso et du solè u des rèya de solè dèns los âtre câro. De la Val d'Aoûta tant qu'u Tessin, de demènze tant qu'a delon (et surtôt delon) y va rolyâ /kuvâ.

 

Adonc tant qu'a ora y'a pas unâ mètèo por balyé prod de nê(k), armî/òou mî (hormis) chu lo Pièmont, la Val d'Aoûta et lo Tessin.


A'revêre a tuî et totâ et bounâ senanna.


Acutâde le texto (écoutez le texte)
podcast

sat1.png

Présentation1.png

 

22/11/2014

Fôdra modâ èn amôunt des mountagne por sofllâ de l'ê(r) proupro + unâ vidèo èn patouè !

Bonzhô a tuî et totâ,

Depouè quâque zhô/jorn les hîota-prèchon ont tornâ dèns nouthron payis et nos balye oun relârzo (amélioration), pas més de plodze depouè demècro lo 19 (dije-nou) de novèmbro.

Ceta situachon va balyé prod/pròouk de solè dèn tuî lo payis Arpitan, surtôt dèns lo payis de mountagne (Alpes et tôt-parî chu lo Dzura) . Lo solè sarêt asse-bèn dèns la Val d’Aoûta et defourvê (combâ du Rôno).
Chu lo platè Suisso y’arêt prod sovènt de broyâ, celos pôrrènt s’ouvrî decé-delé aprî-midzô / a vêprenna.
Dinse/acheïn, desôt/dejòtt* ceta hiotâ prècio(-chon) la polucion va crêtre, tsaque zhô/jorn y'arêt més de peûfa fina/pouksà* fina (PM10) bas a planna. Y'arêt fôta de modâ èn amôunt des mountagne por sofflâ/choflâ de l'ê(r) proupô/pròopyo*.

Des viajô quâque niola hîota pôrrènt traverchâ lo payis. Delon et demâr, lo crouë tèmps sarêt chu la France. Adonc dé delon tant qu’a demârs, don-qué-don (de temps en temps) y’arêt drôlamènt/drooulamènn/brâvamènt de niola chu la payis Arpitan, et lo cièlo sarêt pas més tant cherèïn.  Dé Grenoblô tant qu’a Lyion u Mâcon, Lo niola balyerènt ja/dza prod de plodze.

êntre demècro lo 26 (vinte-chi) de novèmbro et devèndro lo 28 (vinte-ouit) lo crouë tèmps va tsumunà (Tseminà) / avancer lentement chu la Suisso. A cha-pou lo tèmps va s’ennublâ et pôrrêt ja/dza balyé de plodze  pèr Dzenèva et lo Pièmon.
Lo Vâlès et Fribouâ sarêt oncora prod chè porque lo vènss/fôhn va chofflâ prod sovènt, et pot-éthre tant qu’a fin novèmbro.


A'revêre et tant qu'a la sennana que vint..


Acutâde le texto (écoutez le texte)
podcast

Lionel fontannaz, patois, francoprovençal

 

 

pm10.png


Agouèta lo darî observachon cliquâ-inque

Poussière :
Savouè/Savoie :Peûfa
Vâlès/Valais : Pouksà (Oleïnna(Evolène), Poeussâ (Nèndâ/Nendaz)
Val d'Aoûta : Poussa / Pouha (h=J=rota léger)


Rècrèacion: unâ contâ èn patouè de Bernard Bressard