28/10/2016

Ottôbrô més frê(k) que de couthumâ - por los zhôr que vugnont du solè et des niolâ bassâ

 Bonzhô a tuî et totâ

Ceti mê(k) d'ôttobrô éro més [mî] frê(k) que de couthumâ. Adon comènt lo mê(k) de sèttembrô éro més tssô [tssâ] que de couthumâ , ceti mê(k) d'ôttobrô nos a bettâ [mèthu(k)] drê(k) u métèn [mèkten] de l'ôton [l'an-darî].

Nos z-èns yu des coup d'a bisa et tôt-parî prô de nê chu lo sondzon [son-chèrra] des viadzô bas tantqu'a 1000 mètro .

Dièns ceti tèmps -tye, bas planna y'a balyé oun mache de dzelâye.

U mèten du mê(k) d'ottobrô l'oura du midzô et lo vènss (medze-nê ; foehn) a fé crêtre unâ mitâ (oun tchikèta, un bocon) los tempèraturâ. Demâr lo 25 l'oura du midzô [vent du midi] a balyé oun mache de plodze. Y'a surtôt roillâ de Dzenèva tant qu'a Vevey.

 

Ora et tant qu'a demècrô [dumècro] , nos sènt u mèten d'unâ hiotâ prèssion [prèchon], adon y'arêt oun mache de solè u Vâlè, u Val d'Outâ, et lo matèn des niolâ bassâ (stratus) chu lo platè suissô.

Dejô [dezou] lo tèmps pôrrêt s'ènnublâ et balyé quâque plodze.

 

Arevêr et tant qu'a oun atrô viadzô [yadze]

 

Clic inque por acutâ [ahuktâ]

podcast

 

blog_prepa_1.png

 

blog_prepa_2.png

 

Les commentaires sont fermés.