22/04/2015

Oncora pro tssâ avouè du solè, mas demârs y porrêt bayér de nê(k) tant qu'a 1000 mètro.

Bonzhô a tuî et totâ,

Adon nos z-èns yu(jyu) comènt publiâ de bravâ zornivâ avouè de solè . Demârs et demècrô èrant [étaient] daouve zinta zornivâ /jornivâ franc dôch [douces] .

Dejô et devèndrô sârènt tôt-parî de bravâ zornivâ. Dejô nos arèns oun tèmps de solè/solwè atòs quâque niolâ/nyòoule comènt des meuton (cumulus) qué vont crêtre [grandir] d'amôunt les mountagne a la vêprenâ/aprî-mîdzô.


Devèndro, y'ara oncora prod/pròouk de solè, mas aprî-midzô les niolâ/nyòoule vont arvâ a cha-pou [peu à peu] chu nouthron payis.
Dessèndo et demènze, l'oura d'atlanticô va nos bayâ oun tèmps prod ènnublô avouè d'a plodze et des côp de l'oradzô. Mas des côta  lù vâlès centrâlo des vyadzô y'ara quâques réyâ de solè.

Delon et demârs, l'oura d'atlanticô va oncora nos bayâ des mouè de niolâ et des carâ de plodze [averse], oun tèmps que devindrâ mès frê(k) avouè des flotson de nê(k) qué pôrrènt tombâ bas tant qu'a 1000 mètrô demârs.

adon profitâde bèn de dejô et de devèndro !

A'revêre a tuî et totâ et tant qu'a la premîr !


Acutâde lo texto (Ecoutez le texte)


podcast

 

 

lionel fontannaz, patois, arpitan, francoprovençal

 

lionel fontannaz, arpitan, patois, francoprovençal

Les commentaires sont fermés.