19/03/2015

A fin de chenanna , les niolâ/nioules et quâques plodzes pôrrènt écovâ la polluchon de peufâ finâ

Bonzhô a tuî et totâ,

Depouès l'èntran du mê(k) de mâ, nos z-èns yu du bîo tèmps (tin), quasu tantqu'a ora. Mas  depouès demènze pachâ, lo 15 (quinje), la polluchon de peufâ finâ  a pôssu (-chu) crètre dejôt la hiotâ-prèchon.

A fin de chenanna, Dessèndo lo 21 (vinte-yon) et demènze lo 22 (vinte-dou), lo tèmps va s'ennublâ et bayér quâque plodze et tôt-parî oun tchikà de nê(k) d'amoûnt les sondzon/son-chèrra*[sommets] . Mas demênze aprî-midzô, la bisâ va ja tornâ u payis avouè d'ê [de l'air] prod chè/sè(c). A mountagne, y farêt mé/mî frê(k), quasu -5 (mèns chin) degrès u-tô(r) de 1500 mètro.

Adon la bounâ novèla, l'est que ceti crouè tèmps porrêt écovâ [balayer] tôta la peufâ fina, et dinse/acheïn* nos porrèns més chôfflâ comènt fô.

En aprî de delon lo 23 (vinte-trê) tantqu'a demârs, nos arèns bèn de solè derèns lo payis Arpitan.

A'revêre a tuî et totâ et tant qu'a premîr [à la prochaine , exp. valaisanne]

*: évolène

 

Acutâde lo texto (Ecoutez le texte)

 


podcast

lionel fontannaz, patois, arpitan, francoprovençal

 

lionel fontannaz, patois, arpitan, francoprovençal


Les commentaires sont fermés.