13/01/2015

Vive les langues régionales ..Yo ché Charlie- D'sé Charlie... pôver récafâ/riktolâ de tôt et surtôt de nôs-âtre (rigoler de tout et surtout de nous-même)

Bonzhô a tuî et totâ,

Comènt sarêt lo cièlo deman ? la senanna/chenanna que vint ? l'an que vint ? dèns 100 (chin)-t-an ? dèns 1000 (meule) an ?)

Lo cièlo sarêt joyoux (dzoyoux), por cèn que lo bon-djiô l'a avouè lyè du moundo por récafâr (rigoler).

Nos z-èns pardû/perdouk des homo et fèna de valô(r) , des homo et fèna de Charlie Hebdo que savènt criticâ et rècafâ de nouthron moundo, mas tôt-parî des homo et fèna d'a Police que sènt mô(rt) por charvâ/protégièr nouthron libertâ, d'âtre homo et fèna qu'èrent des citoyens comènt vos et mè...

Nos fô pas capona (pas abandonner), nos fô batalyér por nouthra libertâ, libertâ de parola, libertâ de recafâ (rire) , de riktolâ, de se mokâ de tôt, d'a politica, d'a reli.gion, du moundo qu'est des viajô franc tacô/banbouè/kâko (imbécile), récafâ de tô ceti niaqouè (nigaud) ... et surtôt récafâ de nôs-âtre (de nous-même)

Ora, nos sèns "Charlie".... por todzô yo sarêt oun "Charlie"...

 

 

charlie, patois

Recafâ de nos-âtre
Rire de nous-même

 

graphe_base_ens_arpitan.png

 

 

 

Les commentaires sont fermés.