17/07/2014

Unâ senan-na de solet/chowè et més tssôdo !

Bonzho a tuî et totâ,

La senan-na/chenan-na passâ/pachâ nos èns yu oun croué (crouyô) tèmps [sale temps]. Mas le croué/crouyô tèmps est via [est parti] !
Bas a plan-na nos z-en yu 40 tant qu’a 80 millemètro d’ègoua/d’èdye/d’ève [d'eau ]et d’amô les mountanye (chouk lo montanye) 100 tant qu’a 200 mm dèns lo cantyon de fribouâ et 60 tant qu’a 75 mm dèns le Vâlès.
èntre demècro et dejô, la nê est déchindu/dessèndu(k) tant qu’a 1800 mètro !

Ora [maintenant] ceti croué/crouyô tèmps l’est darrî nos !, unâ hiôte prèchon est arvâ pèr inque [par ici]. La senan-na que vint sarêt unâ senan-na de solet que devindrâ tôt-parî franc tssôdo [chaude] depouès demècro. Dejô, devèndrô et tôt-parî dessendo, nos arèns quasu unâ frîcâsse/de groussâ châlo .

Adonc, lo tèmp sarêt franc bîo por séyer lo fèn [faucher les foins] !

Devèndro, y’ara prod/preu de solet, mas d’amô les mountanye les niole vont crêtre l’aprî-midzo est balyér decé-delé lo premî oradzô.

 

Dessendo, todzo prod/preu de solet, mas lo risko d’oradzo va crêtre u véprènâ [vas augmenter en soirée], et surôt dèns la nuèt (né,  niite) de dessendo tant qu’a demenge(-dze). Demenge, unâ perturbachon dèvrâ tornâ/retornâ [revenir] dèns nouthron payis et mé balyér  [et encore donner [1] ]de l’ê més frèd (mi frêk) [2] .


 Acutâde le texto (écoutez le texte)
podcast


 [1] : dans le Chablais savoyard, on dit même en français : "ça va mé donner du froid = ça va encore donner du faire froid"/ il va mé faire froid = il va encore faire froid.

 [2] : a Evolène (Oleïnna), beaucoup de mot se termine avec un "k" qui est prononcé .
Preu=> prod => pròouk
devegnu => devegnuk
pârdu (perdu) => pârduk / pêrduk
amî => amik
frê(d)=> frêk

 

 

fontannaz lionel, patois, savoyard, valaisan, arpitan, francoprovençal

 

lionel fontannaz, arc-en-ciel, patois, roua de chin-martin,

 

 

Diskuchon èntre (intre) amî ceti houè (stu vouèk):

Lionel : "Unâ roua de chin-Martin/sin-Martin / argalanshî / ceta matenâ bas pèr Genèva ".

Bernard:  "bondzo Lionel, vè nô on n'â pâ inkouo trovô le mouo in patouê pouo dere " arc en ciel" peu tè me dere pouo deke onâ roua dè Sin Martïn ?"

Lionel: "Pô pas tant de dêre. Mas crèyo que la chin-Martin l'est la fètha de la fin des venènge et du travâ des tsamp (11 de novèmbro). Adonc pènso que pot-éthre "l'arc-en-ciel" a nom chin-Martin , por cèn qu'annonche la fin des tèmps maleïnna?
Pèrs Oléïnna , crèyo que dêsont "l'Â dóou likton"

Bernard: "lè jeste le onze novinbre l'è la fite u velâdze dè Laïtron la Sin Martin, é l'è le tïn d'intètâ le kayon pouo fire la boutsèri"

Luce :"ë tchyënö no oun di "èrboëteu"

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.