03/12/2013

U-tor de 1500m +10° Demârs, mas -10° dessendo. Poème en Arpitan de Noël "le Shalande du Molardî"

Avouèc ceti temps (sti tin) frêd de décembro, penso que le texto "shalande du molardiér" est prod (preu) de saijon. Après (-î) très (3) jornâ (dzorna) avouèc du sole dens l'Alpes(Cholè, soleu,féleux) et des niolâ bassâ dessus (dsu) le platè Suisso et de Lons tant qu'au Dofina, de l'ê raide frêd, unâ veré crâmine va arrevâ (a'revâ) intre devendro et dessendo. La tempèratura dens les mountagnes u-tor de 1500 mètro (mèle-chin-chan mètro) va passâ de 10 degrès dessus zèro tant qu'a 10 degrès desot zèro intre demârs et dessendo ! ..

 

lionel fontannaz, arpitan, francoprovençal, crâmine, grand-froid

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ceti texto predgie (-zhe) d'oun molardiér tot solet que dens le frêd et la nê. Ceti (sti) moladiér l'a que sa pipa por se rechôdâ (s'résheudâ). Y se sovegno du brâva temps (tin) quand (quin) y'ère oncora avouès sa mâre por Shalande)

Ceti texto l'a étâ ècrit pèrs Juste Songeon, oun régent de Sillingy . Ora (yeura), l'est la tropa "du Reclan" de Thonon que va la dêre ...


Spectacle de Lou Reclan du Chablais

Le Shalande du Molardièr (-î) (enregistrer le 01 décembre 2013 , Thonon)
podcast

Titre : Le Shalande du molardiér (-î) , le Noël du Trimardeur
Note : quelques phrases sont écrit en ORB (ortographe unifiée de l'Arpitan)

Emoëlâ, cmé nʼherson, les dioë mans diê ses fattes
Ramassé comme un hérisson, les deux mains dans ses poches,
Emouèla, coment un héresson, les doves mans dens ses fata

Son çhapê su lô jus, son vieu brulô u grouè,

Son chapeau sur les yeux, sa vieille pipe à la bouche,
son chapél dur les uelys, son viels brulô ux grouen

La bârba charboutâ, à son bré dioë savattes;

La barbe ébouriffée, à ses mains deux savates,
La barba (è)charbotar, a son brès douves savattes

E chuit sê sʼarréta la çhâla dié la nè!
Il suit sans sʼarrêter le chemin dans la neige.
Y suit sen s'arrétar, le shala dens la nê.  (note : fâre la shâlâ: faire le chemin dans la neige)

Et la bise èrazhia, quʼ fâ vardansi lô poblles
Et la bise enragée qui balance les peupliers,
Et la bisa, ènragiér que fâ vardansièr les poblos
(note vardansî, garglanshî, dandinâ, banbalâ, balansî)

Passe diè lô coupé dʼsé culottes dʼcouerloup,
Passe à travers le rapiéçage de ses culottes de velours,
Passe dens les côpés (rapieciês) de ses culotas de velou.

Arlombe sa rollière cmé na bliagua quʼon soffle.
Gonfle sa blouse comme une blague quʼon souffle
Bombe sa rouliére, coment unâ blaga qu'on soflle. (note : un roulier)

On vê vola lô bé dʼson motieu rozhe pé lʼcou.

On voit voler les bouts de son mouchoir rouge au cou.
On vêt volar les bèc (bout) de son mochiœr roge ux cou.


E va sê sʼarrétâ... berlançhê pʼ lé corsires

Il va sans sʼarrêter... titubant, aux tas de neige
Y va sen s'arrétâr... berlanchâr pèrs les corsires (congères)


ètaît les malottes (mota)...
ètaît la fam... la fatigua... la frè?
Est-ce les mottes, la faim, la fatigue, le froid ?
étève les motas,
étève la fam, la fatiga, la frêd ?

E nʼa pse reçheuda qué dʼsa pipa la fʼmire.
Il nʼa pour se réchauffer que de sa pipe la fumée
El n'a por se rechôdar que de sa pipa la fumiére


E chuit sê sʼarrêta la çhala diè la nè!
Il suit sans sʼarrêter le chemin dans la neige.
El siut sen s'arrètâr , le shala dens la nê


A grouss cambées, la Nê zʼarbartte ava pʼ la créta,
A grandes enjambées la nuit descend les crêtes


Lʼ Bon Diu zʼallmé ses lampes ê dessus du «Mont Tchon».
Dieu allume ses lampes au-dessus du Mont-Sion

La bise tombe du pu... Lʼ morlardier live la téta
La bise tombe un peu. Le trimardeur lève la tête


Et sʼarréte on momè pʼ rajusta lʼ baluchon.
Il sʼarrête un instant pour rajuster son «balluchon».


A lʼarprè, mais dʼson pas, la çhâla pʼ lé corsires
Il reprend, de son pas, le chemin dans la neige,


Et lieuéra diè lô cro, la clioçhe fâ la polka.
Et là-bas dans les creux la cloche joue la polka.


Y est çhalande çʼta nè, et totes les farmires
Cʼest Noël cette nuit et toutes les fermières


Zʼont sourti pʼ faire les rzules, leu bérion, leu roulta.
Pour faire les rissoles ont sorti leur rouleau.


Emoëlâ cmé nʼ herson, les dioë mans diè ses fattes

Ramassé comme un hérisson, les deux mains dans ses poches,

A lʼarpêse à sa mare... diè lʼtê des zʼâtres coups
Il songe à sa mère... au vieux temps dʼautrefois,

Quʼfassè lʼ opon Jésus et ptâve diè ses savattes
Quand elle faisait Jésus, mettait dans ses savates


Dʼargaliche... on chache-nez pʼlo tni biê chaud pé lʼ cou.

Du réglisse, un cache-nez pour lui chauffer le cou.


E va se sʼarréta... berlançhê pʼ les corsires
Il va sans sʼarrêter... titubant, aux tas de neige,


Corbâ dzo lʼbaluchon, la fringala quʼlo prè

Courbé sous le baluchon, la fringale qui le prend.

Et nʼa pʼ se réçheuda qué dʼsa pipa la fʼmire
Il nʼa pour se réchauffer que la fumée de sa pipe


Et dioë larmes quʼ déchèdont diè sô mostaches frè.
Et deux larmes qui tombent dans ses moustaches glacées.

 

 

 


 


 


 


 


 


 

 

Les commentaires sont fermés.