30/04/2013

L'tin sara onco fran dètraka. Lé premî jôrn du mai de mé saran preu instablyô

 

lionel fontannaz, l'tin shi no, arpitan, francoprovençal
Gzenèva le 29 (vinte-nou) d'avri
Lé ployzhe dé jôrna passâ l'an dèflyori lo z-ârbro. Lé groussâ rolye l'an bêta ba lé flyo(r). On peu assèbin dêre lé groussâ rolye l'an balyî ba lé flyo(r). (*)


podcast

Bonzho,

Vêtiâ l'tin tant qu'à d'vendro le 3 (trè) de mé:

Demâr lé 30 (trinta) d'avri, L'oura va peussâ dé niola et dé plyozhe depouè l'sud. Din la matinâ, l'tin sara tozhor fran dètraka, nô saran onco dezô dé mouai de niola et de plyozhe.
y'plyuvra dé cou à rolye su l'val d'Aoûta et y nêvra grou onco oun momin d'la forklya du Simplon u Gotthard.
L'aprî-mîdzo, l'tin sara on bocon myo avouè quaque rèrya de solway (solè).

 

Aprî , l'èvoluchon du tin l'è onco pa fran nèto.

 

Demècrô lé premîr jornâ du mai de mé tant qu'à d'vendro lé 3 (trè) de mé: l'tin sara lanli-lanla, instablyô, dé cou en-neblo avoué dé karâ de plyozhe, mâ assébin dé karâ de so(l)wai (solè, soleu, fêleû, choway),  ké saran dé cou preu bèla su la plan-na. Mâ l'ê d'vindra tozho pî instablyo de demècrô u d'vendro, adon lé carâ de plyove pourran tornâ (teurnâ) à l'oraj(z)iô.

Adon, nô pouvan rêvassa oun milyon, y'è aouî qu'intrô lé 5 (fin) et le 12 (douje) du mai de mé , ouna hyaute-prechon dèvreu nô balyî kazi ouna seman-na avouè du solway (solè, soleu..). R'guètâ l'étuda d'MètèoSuisso, surto l'imazhe qu'montre la prèvijion du mai d'mé.

Arvî à tô, arrevêre à tuê.


Vocabulaire (lé mo san tôt mèclo):
l'oura : le vent
on bocon: un peu
crouyo tin: sale temps
plyuvra à rolye: il pleuvra fortement.
on bocon achûta darî l'Arp :un peu abrîté derrière les Alpes.
Rérya de soleu = carâ de soleu (solè) = éclaircies.
Quaque: quelque, se prononce "qua-ty-eu"
dé mouai : beaucoup

lanli-lanla: instable, changeant.
Y nêvra grou : il neigera fort
La forklya : le col
Mai de mé : mois de mai
Mâ l'ê d'vindra : mais l'air deveindra
Oun mylion : un peu ( et non pas un million!)



(*) Les pluies des jours passées ont fait tomber les fleurs des arbes. Les grosses pluies ont fait tombé (mis bas)  les fleurs. On peut aussi dire les grosses pluies ont "donner bas" les fleurs.

Les commentaires sont fermés.